Vers une autre vue sur la gestion des espaces communaux

Le centre-bourg, espace dit « de prestige », prioritaire dans l’entretien global de la commune

Il y a maintenant 1 an, la commune lançait, avec l’aide de la FREDON, la réalisation d’un plan de gestion des espaces communaux.

Il s’agissait d’établir un diagnostic des usages en cours sur les différents types d’espaces et d’envisager par quels moyens il était possible de substituer l’utilisation de produits phytosanitaires, dont l’utilisation est dorénavant interdite pour les collectivités.

Qu’est-ce que la gestion différenciée ?

La gestion différenciée des espaces consiste à appliquer un entretien adapté à l’usage et à la vocation de chaque espace. Les fréquences et modalités d’intervention ne sont plus identiques sur tous les espaces, mais sont différenciées. Les sites sont alors classés :

– Les espaces de prestige, sur lesquels les exigences en terme d’entretien sont fortes,

– Les espaces intermédiaires, sur lesquels un entretien modéré sera pratiqué,

– Les espaces naturels, où la faune et la flore spontanées sont tolérées et même favorisées (biodiversité).

La zone humide et le secteur du lavoir communal : un espace naturel

Les méthodes d’entretien retenues doivent en outre être les plus respectueuses que possible pour l’environnement et la biodiversité, ainsi que pour votre santé.

 Pourquoi pratiquer la gestion différenciée ?

 Les objectifs de la gestion différenciée sont multiples :

Ce modèle de balayeuse, actuellement en commande, sera livré dans quelques semaines à la commune.

La protection de la santé publique, des sols et des ressources en eau en supprimant les applications de pesticides au profit de solutions alternatives. Pour compenser l’arrêt des pesticides, la commune investit dans des matériels d’entretien mécaniques. Ainsi, une balayeuse tractée viendra bientôt nettoyer caniveaux et espaces publics de notre commune. Une débroussailleuse de type « à lames réciproques » a été également acquise. Les caniveaux sont grattés, balayés ou désherbés par brûlage au gaz. Certains espaces seront engazonnés ou revêtus pour en limiter l’entretien.

La préservation de la biodiversité : l’espacement des fréquences d’intervention sur certains espaces verts crée des zones d’accueil et de refuge pour la faune locale et la flore spontanée. La chaîne alimentaire est ainsi peu à peu reconstituée

 – L’amélioration du cadre de vie en diversifiant les espaces. En effet, la diversification des modes de gestion peut dans un premier temps causer une modification esthétique qui vient à l’encontre de nos habitudes visuelles.

Mais grâce à la communication, nous allons apprendre à connaître et à apprécier chaque espace, notamment en observant les nombreuses espèces qui viennent recoloniser les milieux.

Les entrées de la commune, également prioritaires. Ici la D920 venant d’Aumale

Les habitants peuvent également contribuer à l’entretien de leur village.

Ces nouvelles dispositions ont un coût tant au niveau du budget qu’à celui du temps à passer par les Agents de la commune. Ainsi le Maire l’avait déjà souhaité l’an dernier : de la même façon que l’on fleurit son jardin, ses fenêtres ou balcon, pourquoi ne pas arracher les quelques brins d’herbe qui poussent en pied de façade ou dans le caniveau face à sa propriété ? Mais attention, pas d’utilisation de produit chimique !

En fonction des enjeux exposés ci-dessus, notre regard et notre notion, toute personnelle, de l’entretien d’une commune devra évoluer par l’acceptation d’un environnement quotidien moins minéral, et où la nature pourra s’exprimer plus librement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *