Yves Asselin s’en est allé.

Yves Asselin s’en est allé. A nouveau, Foucarmont a perdu l’un de ses enfants.

Né le 9 Février 1927 en notre commune, Yves Asselin y sera si attaché qu’il ne la quittera jamais.

Il y passera son enfance, sa jeunesse. Lorsqu’il avait 20 ans, avec un groupe d’amis, il participait activement aux activités théâtrales et musicales du Club des « Sans-Soucis », redonnant joie et espoir aux populations de Foucarmont et des communes voisines, après la cruelle épreuve de la guerre.

Son union avec Jacqueline, le 14 septembre 1950, ne l’éloignera pas de Foucarmont. De cette union naîtront 2 enfants et 2 petits enfants.

Graineterie Asselin après la guerre

La Graineterie Edouard Asselin, juste après la guerre, au milieu d’un centre bourg fraîchement reconstruit

Son père, Edouard Asselin, boulanger de la rue des Halles, commencera à développer un commerce de grains, en distribuant, de par son activité, le son à quelques familles de la commune, au tout début.

Puis Yves reprendra et développera cette activité en créant des silos afin de l’étendre aux céréales.

Et cette activité de négoce en grains, il la fera prospérer grâce à  son dynamisme et à son sens inné du commerce. Il s’occupait de tout, allant même à la rencontre de ses clients.

Il allait ainsi nouer des relations profondes avec nombre d’entre eux, renforçant l’empathie qu’il avait pour ses semblables.

Car en effet, Yves avait probablement hérité de son père, Edouard Asselin, Boulanger, mais aussi Maire de Foucarmont, de cette propension à se dévouer pour les autres. L’histoire de Foucarmont est d’ailleurs intimement liée à celle de ce nom de famille : Modeste Asselin, Maire de 1848 à 1852 ; Pierre Asselin, Maire de 1874 à 1876 (des aïeuls probablement) et enfin Edouard, son père, Maire de 1945 à 1951.

Yves aurait pu, et d’ailleurs il avait été sollicité pour cela, être lui aussi Maire de notre commune, mais son activité prenante de Commerçant ne le lui permettait pas.

Square Edouard Asselin

Travaux de reconstruction de ce qui allait devenir le « Square Edouard Asselin », au centre du bourg.

Il  exercera cependant les fonctions de Conseiller Municipal, aux côtés de René Beuvin, Maire, de 1953 à 1971, dont les fonctions de 2ème Adjoint de 1959 à 1965. A l’heure de la reconstruction du centre bourg détruit à 80% par le bombardement du 13 février 1944, décisionnaire dans le choix du projet de construction de l’église St Martin, il sera alors un Second Adjoint actif, en s’impliquant dans de multiples commissions communales.

D’un caractère enjoué et généreux il était apprécié de tous, au point d’être brillamment élu à chaque élection municipale.

Parallèlement, il prendra également la Présidence de l’Amicale des Sapeurs-Pompiers et, fervent amateur de football, il exercera pendant de nombreuses années des responsabilités au sein de l’Olympique Foucarmontais, aux côtés de Roland Vaquet.

A l’heure de la retraite, avec Jacqueline, ils ont décidé de rester à Foucarmont, en y faisant construire leur maison et en maintenant les liens profonds d’amitié qui les unissaient à un grand nombre de Foucarmontais ; en les retrouvant régulièrement lors les activités du Club Notre Bon Vieux Temps.

Yves aimait la vie. Elle l’a quitté ce 26 janvier avant l’aube, laissant dans la plus grande peine celle qui, courageusement, est restée à ses côtés jusqu’au bout du chemin : sa chère épouse, si dévouée. Laissant dans la peine ses chers enfants : Patrice et Pascal, Danielle, Mathilde ; ses chers petits-enfants, les membres de sa famille, ses voisins et ses si nombreux amis.

A eux tous, nous renouvelons nos plus sincères condoléances et les assurons de nos pensées les plus proches durant cette épreuve.

Au revoir Yves, personne ne vous oubliera, FOUCARMONT ne vous oubliera pas.

Dominique Vallée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *