Rentrée scolaire : une nouvelle classe à l’école élémentaire

L’école élémentaire de la rue douce, avec son plan incliné pour en faciliter l’accès.

L’information en avait été donnée depuis plusieurs semaines à la Municipalité : l’école élémentaire de Foucarmont, située rue Douce, se voit dotée d’une nouvelle classe en cette rentrée.

Celle-ci, dirigée par Manon Leroy, comportera donc désormais 3 classes.

Un transfert de poste plutôt qu’une création

Il ne s’agit pas d’une création de poste à proprement parler mais, en réalité, c’est le poste de Dancourt qui a été transféré en notre commune.

Car en effet, la petite école de cette commune qui était associée avec Grandcourt, ayant fait l’objet d’une décision de fermeture, la plupart des enfants qui y étaient scolarisés (une dizaine environ) ont été dirigés vers notre R.P.I (Regroupement Pédagogique Intercommunal).

La nouvelle classe n’attend plus que les enfants… et leur maîtresse

L’aménagement d’une nouvelle nouvelle classe était nécessaire

C’est une salle du rez de chaussée qui faisait office de bibliothèque – salle d’activités diverses qui a dû être remise à neuf du sol au plafond, les Enseignants ayant dû trouver des solutions pour une autre organisation, en optimisant les espaces restant disponibles. Un complément de mobilier a été acquis pour offrir aux enfants et à l’Enseignante les meilleures conditions de travail possibles.

Une organisation pédagogique avec des classes à deux cours

C’est donc dans une classe flambant neuf que Karine Sap va officier d’ici quelques jours, classe qui accueillera les CP-CE1.  A l’étage, c’est Marie Baudet qui aura en charge les CE2-CM1 ; Manon Leroy, enseignera auprès des CM1-CM2.

Construction rendue nécessaire par la Loi d’un sanitaire adapté à l’école élémentaire

Ainsi, ces travaux s’ajoutent à ceux de la mise aux normes accessibilité de l’école : marquages des escaliers, mise en place d’un plan incliné sur l’un des accès, changement de portes et construction d’un sanitaire adapté.

L’école maternelle de la Route de Neufchâtel, avec ses deux classes

En ce qui concerne l’école maternelle, située Route de Neufchâtel, aucun changement n’est à noter, si ce n’est que Mélanie Videira, Directrice et Claire Goulet, Adjointe verront les effectifs de leur classe en hausse, avec près de 60 élèves.

Enfin, au niveau du R.P.I, reste la classe de Fallencourt qui accueillera les CE1-CE2 sous la conduite d’Eugénie Delord.

Les conditions sont donc réunies pour que cette rentrée scolaire se passe au mieux.

Bonne rentrée à tous !

245 participants aux Foulées Foucarmontaises !

Départ de la course

Grande satisfaction pour les Organisateurs des Foulées Foucarmontaises : on comptait ce dimanche 26 Août 245 participants, course et marche confondues.

132 coureurs prenaient le départ des 10 km à 9 h 30 et 113 marcheurs s’alignaient sur la ligne de départ un quart d’heure plus tard, pour un effort de 6 km.

Départ de la marche, un quart d’heure plus tard

Une météo favorable, une organisation parfaite avec une cinquantaine de bénévoles ont constitué les principaux atouts de cet incontestable succès.

C’est dans la salle Lucien Boudin, comble, qu’à l’issue des épreuves, le palmarès était promulgué avec remise de récompenses suivi du traditionnel tirage de la tombola richement dotée.

Samuel HOUSSAIS, vainqueur de la course

Florent BEAUVAL, poing levé en signe de victoire, pour la marche

La salle Lucien Boudin ne pouvait contenir toutes les personnes qui désiraient assister à la remise des récompenses

L’événement se termina par le partage du verre de l’amitié où chacun put se donner rendez-vous pour l’an prochain.

Vous en saurez et en verrez plus (Classements, galeries photos) sur BraySports.

Rendez-vous ici > http://braysports.fr/foulees-foucarmontaises-2018-36372/

COURSE :

  • 1. Samuel HOUSSAIS 35’58 – 2. Yves CHAZERAULT 36’22
  • 1. Patricia PENNEE 45’22 – 2. Emilie DEHAIS 45’48 chez les femmes

MARCHE :

  • 1. Florent BEAUVAL 34’16 – 2.Gilles LAVOINE 34’41
  • 1. Sylvie COMONT 39’39 – 2. Brigitte VALLEE 40’37 chez les femmes

La commune se dote d’une balayeuse tractée

La livraison de la balayeuse était attendue pour les premiers jours du mois d’Août

Elle est arrivée il y a quelques jours et était patiemment attendue de la Municipalité mais aussi, bien sûr, des Agents municipaux chargés de l’entretien de la commune.

La loi « Zéro Phyto » a conduit les communes à trouver des solutions alternatives.

La loi interdisant pour les Collectivités Locales d’utiliser les produits phytosanitaires, comme le glyphosate par exemple, sur les espaces publics ouverts, a contraint celles-ci à changer de stratégie pour leur entretien général.

En ce qui concerne Foucarmont, un plan de gestion des espaces a été élaboré en concertation avec la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles). Ce document a établi un diagnostic général des différents types d’espaces présents sur la commune et a préconisé un mode de gestion particulier pour chacun d’eux.

Car en effet, l’interdiction des produits phytos a imposé aux Collectivités de trouver des solutions alternatives.

Cette balayeuse tractée en est une parmi d’autres : elle permettra d’entretenir plus facilement les caniveaux de notre commune.

Une balayeuse moderne adaptée à la configuration de notre bourg.

Cette machine, la « City Clean » de marque Cochet, est largement utilisée par les Collectivités ; elle a reçu deux fois le prix de l’innovation : un par le salon des Maires et un autre par le SIMA – Salon International du Machinisme Agricole.

Dotée de deux balais, l’un latéral réglable destiné à brosser les caniveaux, et un second, plus large sous forme de rouleau central, situé sous la machine, assure le ramassage.

L’utilisation des ces deux balais, à la demande, confère une grande polyvalence à cette balayeuse. Le bac de ramassage de bonne capacité, grâce à un système hydraulique de relevage, peut être déversé directement dans une benne. Enfin, elle est dotée d’un système d’arrosage qui permet de limiter la formation de poussière lors du travail.

Un  coût financier non négligeable.

Après l’acquisition d’un tracteur neuf tout équipé (épareuse, godet, lame à neige) en 2016, l’acquisition de brûleurs thermiques, d’une débroussailleuse à lames réciproques plus récemment, cette nouvelle machine vient donc enrichir les moyens mis à la disposition de l’équipe technique de la commune.

L’acquisition de cette balayeuse a été aidée par l’Agence de l’Eau et le Département.

Prochaine étape dans la gestion différenciée des espaces : la végétalisation du parking du lavoir par la technique d’ « hydromulching » qui est en étude et qui devrait se concrétiser bientôt.

Youpi ! Un nouveau jeu pour les enfants !

L’aire de jeux  vient de voir mis en place, en son centre, un nouvel élément (Image 2017)

L’aire de jeux communale, destinée aux enfants de 3 à 14 ans, vient de s’enrichir d’un nouveau jeu : il s’agit d’un tourniquet, grand classique des terrains de jeux.

Ce « cousin » du manège enfantin est mû par la seule force des enfants ou de l’adulte accompagnant, pour les plus petits.

Le tourniquet, installé tout récemment.

Ainsi, avec l’arrivée de la nouvelle Municipalité en 2014, cette aire de jeux, après avoir subi des travaux de remodelage en 2014, s’enrichit chaque année, au moins d’un nouveau jeu.

Pour les ados, l’an dernier, une table de ping-pong d’extérieur et un ensemble poteaux-filet permettant de jouer au volley ou badminton avaient été mis en place.

Des tables de pique-nique agrémentent l’ensemble.

Ces installations permettront, durant notre bel été, aux enfants et aux jeunes de passer d’excellents moments … et aux parents de pouvoir s’accorder quelques petits moments de répit bien mérités.

Les façades du logement de l’école maternelle rénovées

Après plusieurs semaines de travaux, en ce début d’été, l’entreprise « ANG Galhaut » d’Aubermesnil aux Erables, a remarquablement rénové les façades du logement de l’école maternelle, située Route de Neufchâtel.

Un bâtiment tout de briques construit, celles-ci offrant de nombreux avantages.

Ce bâtiment a été construit en briques pleines rouges, durant la deuxième moitié du 19ème siècle.

Ces briques, largement utilisées à l’époque pour les constructions, dans notre région, sont faites d’argile rouge, cuites au four.

Solides, bien calibrées, bon isolant – elles absorbent la chaleur du jour et la diffusent la nuit – elles assurent une bonne respiration du mur et offrent donc des avantages certains, dont un entretien des façades très réduit.

Les façades les plus exposées aux intempéries avaient subi l’usure du temps et nécessitaient une rénovation complète.

Près de 150 ans après la construction, il fallait intervenir.

Les travaux ont consisté à creuser les joints dégradés – travail le plus long et le plus ingrat du fait de la poussière générée – à l’origine faits d’un mélange de chaux et de sable.

De plus, certaines briques altérées par le temps, ont dû être remplacées. Ainsi, ce sont plus de 300 briques effritées ou cassées qui ont été extraites des deux murs.

La technique « de la poche » a été utilisée pour la réfection des joints : une poche, telle celle utilisée par les pâtissiers, sert à bourrer les joints, reste ensuite à les lisser au fer pour la finition.

Enfin, les enduits des fenêtres qui avaient été murées – par mesure d’économie d’énergie, peut-être, ou par mesure d’économie car les impôts étaient autrefois calculés sur le nombre de fenêtres que comportaient les habitations – ont été eux aussi rénovés dans le ton des façades.

Le tout, pour un superbe résultat et à la grande satisfaction des Élus, soucieux de la préservation du patrimoine communal.