MUSICATOUS a fêté ses 20 ans

De la musique de chambre dans notre église pour fêter l'anniversaire de Musicatous

De la musique de chambre dans notre église pour fêter l’anniversaire de Musicatous

Il y a cette année 20 ans que l’association MUSICATOUS a vu le jour.

Voilà 20 ans que Jacqueline, Directrice pédagogique et Jean-Pierre Poilly, Président, Yvette Gaudry et Colette Angelby entourés de leurs fidèles professeurs, partagent leur passion pour la musique soit en l’enseignant, soit en produisant régulièrement à Foucarmont et dans les environs, des moments musicaux et autres petits spectacles.

Cela fait déjà 20 ans qu’une multitude d’enfants, parfois très jeunes, ados mais aussi adultes ont pu découvrir le plaisir de vivre la musique, de découvrir et de pratiquer un instrument seul ou en groupe sur leur temps de loisirs grâce à notre petite école de musique.

20 ans durant lesquels un grand nombre d’enfants des écoles ont pu bénéficier d’animations, dans le cadre scolaire ou périscolaire (présentation-découverte et pratique d’instruments, bals folk…etc.).

Ce groupe de passionnés avait concocté un programme des plus attrayants pour fêter dignement cet anniversaire, ce samedi 25 février 2017, sur le thème des instruments à cordes.

Un concert en l’église St Martin en fin d’après-midi,

En fin d’après-midi, l’orchestre de musique de chambre de Grand-Quevilly, parmi lequel figuraient aussi des élèves de l’école de musique Boieldieu de Neufchâtel et de Musicatous, proposait aux spectateurs venus les écouter en nombre un programme varié : Charpentier, Mozart, Bach, Lehar, Bartok, Bizet…

Jacqueline Poilly, mise à l'honneur en cette journée exceptionnelle

Jacqueline Poilly, mise à l’honneur en cette journée exceptionnelle

Violons, violoncelles et contrebasse, sous la baguette de Véronique Duputel,  firent résonner l’enceinte de notre Eglise St Martin pendant près de deux heures, à la grande satisfaction des mélonanes présents, si l’on en juge par les applaudissements nourris à destination des musiciens. Mais la fête n’était pas terminée.

Musique traditionnelle au programme pour le bal folk

Et un repas dansant avec bal folk en soirée, salle René Beuvin.

Le groupe « Pas de trois » composé de Philippe Gibaux au violon, Patrice Tiennot à la guitare et Laurent Barray à l’accordéon diatonique et au chant ont fait découvrir aux personnes présentes les musiques et danses traditionnelles de Normandie et autres régions : valses, polkas, mazurka et cercles circassiens, des danses faciles à exécuter.

Jusqu’à minuit, chacun put ainsi danser comme le faisaient nos aïeux lors des fêtes de villages ou lors de noces.IMG_20170225_234257

IMG_20170225_235040Puis vint le moment de déguster les gâteaux d’anniversaire, moment plein d’émotions pour Jacqueline et Jean-Pierre Poilly, mais aussi pour leurs amis, qui furent généreusement remerciés pour leur action en faveur de la Musique. Une dernière fois, en musique, la salle entière souhaita un très bon anniversaire à Musicatous.

Etablissement Bono : deux salariés honorés

Les Etablissements BONO (contraction de BOissons et NOrmandie) à Foucarmont, sont spécialisés dans la distribution de boissons. Cette société fournit 1 500 débits de boissons environ (bars, restaurants…etc.). Elle dispose de deux sites : l’un basé à Oissel et l’autre dans notre commune.

Deux des 30 salariés du site Foucarmontais, Pascal Tasserie et Denis Fossier, étaient mis à l’honneur le 10 février dernier, en début d’après-midi, en présence de Claude Bréhat, Directeur, du Maire de la commune Dominique Vallée et de leurs collègues.

Claude Bréhat, les deux récipiendaires et le maire Dominique Vallée

Claude Bréhat, Pascal Tasserie et Denis Fossier, Dominique Vallée (Photo Paris-Normandie)

Suivant le canal habituel, les diplômes du travail sont reçus en mairie, à charge pour le Maire de les transmettre aux récipiendaires. Mais celui-ci indiqua qu’il ne lui semblait pas satisfaisant de transmettre ces précieux documents par dépôt dans les boîtes à lettres.

Aussi, en accord avec M. Bréhat, il se déplaçait ce jour afin de faire honneur à Pascal Tasserie , récompensé pour 35 ans de service (Echelon Or) et à Denis Fossier pour 40 années passées au service de l’entreprise (Echelon Grand Or) : « C’est votre parcours, votre carrière, votre quotidien depuis 35 et 40 ans, que nous voulons mettre à l’honneur aujourd’hui. Votre engagement, votre conscience professionnelle, votre fidélité, une partie de votre vie ayant été consacrée à la bonne marche de cette entreprise ».

Claude Bréhat annonça que ces diplômes seraient suivis de la remise de médailles lors du barbecue de l’entreprise qui se déroulera à Oissel avant les vacances d’été prochaines.

Un attachement particulier à cette entreprise

Boutefeu Vin savoureux

Le « Boutefeu » produit phare  des  Ets Desjonquères durant de très nombreuses années avec le calvados Norois et la Claireboise

Mais le Maire évoqua son attachement particulier à cette entreprise, à l’origine, les Ets Desjonquères, qui ont successivement pris le nom de « France Boissons », puis « Grandvilloise de Boissons » avant de devenir les Ets Bono.

En effet, ses parents y travaillèrent : son père y est entré en 1936, a participé à la reconstruction des bâtiments après la guerre et y restera une quarantaine d’années. Sa mère y travailla également, aux bureaux, dans les années 40-50.

Mais le plus étonnant, c’est que lui-même, dès 1968, durant les vacances scolaires d’été y travailla, comme job d’été, afin de se faire un peu d’argent de poche, plusieurs années de suite.

Des investissements très conséquents

Dominique Vallée félicita enfin M. Bréhat pour les investissements importants réalisés sur le site de Foucarmont : « La commune, qui est très attentive à son activité économique, a besoin d’entrepreneurs comme vous. Vous créez de la richesse en apportant des emplois à notre territoire et pour nous, élus, c’est une très grande satisfaction ! » concluera-t-il.

C’est maintenant une retraite bien méritée qui se profile pour Denis et Pascal (qui ont commencé à travailler très jeunes), ce qui ne les soucie guère, sûrs de pouvoir gérer cette nouvelle vie, au regard de leurs loisirs préférés et de leurs occupations habituelles.

►Document de 1990 : Une cérémonie en l’honneur de 36 salariés des Etablissements Desjonquères (Le Réveil de Neufchâtel)

Dont Bernadette Fossier, mère de Denis, qui a également travaillé de nombreuses années (tout comme son père, Marcel) dans cette entreprise et que l’on appelait « La dame du téléphone »

Médaillle du travail

Yves Asselin s’en est allé.

Yves Asselin s’en est allé. A nouveau, Foucarmont a perdu l’un de ses enfants.

Né le 9 Février 1927 en notre commune, Yves Asselin y sera si attaché qu’il ne la quittera jamais.

Il y passera son enfance, sa jeunesse. Lorsqu’il avait 20 ans, avec un groupe d’amis, il participait activement aux activités théâtrales et musicales du Club des « Sans-Soucis », redonnant joie et espoir aux populations de Foucarmont et des communes voisines, après la cruelle épreuve de la guerre.

Son union avec Jacqueline, le 14 septembre 1950, ne l’éloignera pas de Foucarmont. De cette union naîtront 2 enfants et 2 petits enfants.

Graineterie Asselin après la guerre

La Graineterie Edouard Asselin, juste après la guerre, au milieu d’un centre bourg fraîchement reconstruit

Son père, Edouard Asselin, boulanger de la rue des Halles, commencera à développer un commerce de grains, en distribuant, de par son activité, le son à quelques familles de la commune, au tout début.

Puis Yves reprendra et développera cette activité en créant des silos afin de l’étendre aux céréales.

Et cette activité de négoce en grains, il la fera prospérer grâce à  son dynamisme et à son sens inné du commerce. Il s’occupait de tout, allant même à la rencontre de ses clients.

Il allait ainsi nouer des relations profondes avec nombre d’entre eux, renforçant l’empathie qu’il avait pour ses semblables.

Car en effet, Yves avait probablement hérité de son père, Edouard Asselin, Boulanger, mais aussi Maire de Foucarmont, de cette propension à se dévouer pour les autres. L’histoire de Foucarmont est d’ailleurs intimement liée à celle de ce nom de famille : Modeste Asselin, Maire de 1848 à 1852 ; Pierre Asselin, Maire de 1874 à 1876 (des aïeuls probablement) et enfin Edouard, son père, Maire de 1945 à 1951.

Yves aurait pu, et d’ailleurs il avait été sollicité pour cela, être lui aussi Maire de notre commune, mais son activité prenante de Commerçant ne le lui permettait pas.

Square Edouard Asselin

Travaux de reconstruction de ce qui allait devenir le « Square Edouard Asselin », au centre du bourg.

Il  exercera cependant les fonctions de Conseiller Municipal, aux côtés de René Beuvin, Maire, de 1953 à 1971, dont les fonctions de 2ème Adjoint de 1959 à 1965. A l’heure de la reconstruction du centre bourg détruit à 80% par le bombardement du 13 février 1944, décisionnaire dans le choix du projet de construction de l’église St Martin, il sera alors un Second Adjoint actif, en s’impliquant dans de multiples commissions communales.

D’un caractère enjoué et généreux il était apprécié de tous, au point d’être brillamment élu à chaque élection municipale.

Parallèlement, il prendra également la Présidence de l’Amicale des Sapeurs-Pompiers et, fervent amateur de football, il exercera pendant de nombreuses années des responsabilités au sein de l’Olympique Foucarmontais, aux côtés de Roland Vaquet.

A l’heure de la retraite, avec Jacqueline, ils ont décidé de rester à Foucarmont, en y faisant construire leur maison et en maintenant les liens profonds d’amitié qui les unissaient à un grand nombre de Foucarmontais ; en les retrouvant régulièrement lors les activités du Club Notre Bon Vieux Temps.

Yves aimait la vie. Elle l’a quitté ce 26 janvier avant l’aube, laissant dans la plus grande peine celle qui, courageusement, est restée à ses côtés jusqu’au bout du chemin : sa chère épouse, si dévouée. Laissant dans la peine ses chers enfants : Patrice et Pascal, Danielle, Mathilde ; ses chers petits-enfants, les membres de sa famille, ses voisins et ses si nombreux amis.

A eux tous, nous renouvelons nos plus sincères condoléances et les assurons de nos pensées les plus proches durant cette épreuve.

Au revoir Yves, personne ne vous oubliera, FOUCARMONT ne vous oubliera pas.

Dominique Vallée

Pizza Jean-Mi’ : un vendredi sur deux à Foucarmont

Pizza Jean-Mi

Pizza Jean-Mi’ : un vendredi sur deux sur la place des Cateliers, de 18 à 21 heures.

Nous autres français, sommes les deuxièmes consommateurs de pizzas après les Etats Unis et devant l’Italie. Les pizzaïolos ambulants de quartier, de plus en plus nombreux, peuvent expliquer cet enthousiasme, ceux-ci proposant un choix varié de pizzas maison.

Depuis plus de 10 ans maintenant « Pizza Jean Mi’ Two » sillonne nos petites rues de Normandie pour aller à votre rencontre.

Pizza Jean-Mi Logo 2017Du lundi au samedi vous pouvez le retrouver sur la place d’un village entre 18hoo et 21hoo. quand il est le plus proche de chez vous. (Vous pouvez consulter le planning ci-dessous)

Mais depuis quelques semaines déjà, Alexis est présent à Foucarmont, un vendredi sur deux. Rendez-vous sur la place des Cateliers entre 18hoo à 21hoo.

Il vous proposera d’excellentes pizzas, une trentaine sur la carte, « pas vraiment rondes mais bien garnies » comme il les aime. Une « Jean-Bon », une « Jean-Peste », une « Jean-Douille » ou l’une parmi les plus traditionnelles : Campagnarde, Margherita, Nordique ou Napolitaine… Faites votre choix ! Vous pouvez commander par téléphone au 06  87 81 71 70, Alexis se fera un plaisir de vous satisfaire.

Son objectif chaque semaine : vous régaler, alors, n’hésitez pas !

Prochains passages à Foucarmont : les vendredis 6 et 24 MAI 2017

Pizza Jean-Mi Calendrier 2017 (2)